Actualités
  • Des façades capables de respirer. La sophistication de la conception des façades contribue largement aux performences hors normes de Woopa. Plus d'info...
  • Woopa produira plus d'énergie qu'il n'en consomme. Dans cet esprit, les concepteurs ont créé un éclairage à la fois performant et économe.
    Plus d'info...
Dès 2008, WOOPA a été élu Lauréat PRÉBAT (Programme de Recherche et d’Expérimentations sur l’Energie dans le Bâtiment), suite à l’appel à projets lancé par l’ADEME et la Région Rhône-Alpes.
Dès 2008, WOOPA a été élu Lauréat PRÉBAT (Programme de Recherche et d’Expérimentations sur l’Energie dans le Bâtiment), suite à l’appel à projets lancé par l’ADEME et la Région Rhône-Alpes.

Woopa, un bâtiment à énergie positive tous usages et « Zéro Carbone »

Confié à Thomas RAU (Amsterdam), associé à Lyon à SOHO Architectures, Woopa affirme sa position symbolique et devient la figure de proue de tout un quartier. Positionné sur la partie Nord du futur Pôle Carré de Soie, le premier immeuble tertiaire (bureaux et commerces) comprend deux corps de bâtiments à géométries différentes.
Rompu depuis 20 ans à la conception de bâtiments totalement respectueux de l’environnement et des hommes, le cabinet néerlandais place à égalité l’économie des ressources, la réutilisation des déchets et le confort des utilisateurs. Il a été le seul à intégrer la demande des partenaires dès son concept.
Au delà de raisonner sur le seul traitement thermique intérieur du bâtiment, l’architecte a axé sa réflexion sur différents points :

 

Un bâtiment faible consommateur

Fonctionnant entièrement à partir de sources renouvelables, Woopa est d’abord lui-même un bâtiment à très basse consommation. Ceci a été rendu possible par :

 

L’optimisation du bâtiment :

Outre de concevoir une enveloppe présentant la plus faible capacité d’absorption possible, plusieurs facteurs en simultanée ont été privilégiés :

  • l’orientation calculée du bâtiment avec une longue façade Sud de 80m,
  • le développement de protections solaires intérieures et extérieures, de patios permettant un éclairage naturel et donc, qui contribuent à la régulation de la température,
  • des façades innovantes avec triple vitrage ventilé.

l’utilisation d’éléments naturels :

  • la nappe phréatique permet de rafraîchir directement les locaux,
  • les eaux de pluie sont récupérées et utilisées pour les sanitaires,
  • l’exploitation du soleil en hiver diminue les besoins en chauffage,
  • le déploiement de protections solaires adaptées (brises-soleil à lames intégrés au triple vitrage pour les façades Sud, Est et Ouest et stores intérieurs sur la façade Nord) évitent l’utilisation de la climatisation et de groupes refroidisseurs d’eau énergivores,
  • la lumière naturelle est amenée par le biais des façades et des patios intérieurs,
  • une récupération de 80 % de la chaleur sur l’air extrait,

le choix de solutions qui présentent la plus faible empreinte carbone a également été privilégié que ce soit pour :

  • le chauffage qui mixe cogénération à l’huile de colza, chaudières à bois à granulés et, en secours pour les pointes en hiver, une chaufferie gaz 600 kW mutualisée avec les logements,
  • le rafraîchissement naturel,
  • l’éclairage où capteurs de lumière et détecteurs de présence ont été systématiquement favorisés,
  • le choix des matériaux de proximité de manière à diminuer l’impact carbone lié aux transports.

 

Un bâtiment producteur d’énergie


La réduction maximale de la consommation du bâtiment lui permet dès lors d’être « à énergie positive » puisqu’il produit plus d’énergie qu’il en consomme, grâce à 1600 m2 de panneaux photovoltaïques installés sur le toit du bâtiment. L’électricité ainsi produite est réinjectée dans le réseau et pourra également être utilisée par le bâtiment et les habitations voisines.


Une empreinte « Zéro carbone »


Un bâtiment zéro carbone est un bâtiment dont les émissions nettes de dioxyde de carbone liées à la consommation énergétique sont nulles, voire négatives. Cette consommation englobe les énergies consommées pour le chauffage/refroidissement de l’espace, l’eau chaude, la ventilation, les éclairages intérieurs, la cuisine, les équipements électriques. Enfin, le bâtiment devra également être producteur d’énergie et vendre sa surproduction au réseau énergétique.
Outre que ses émissions de CO2 seront très faibles, Woopa intègre dans ses calculs jusqu’à la consommation informatique, des espaces comme les parkings.
13 600 m2 sur 7 étages et deux niveaux de parkings souterrains (6 900 m2), 5 000 m2 de façades en verre, 2 bâtiments articulés autour de 2 atriums…

Au final une conception résolument novatrice qui permet à Woopa de fonctionner entièrement à partir de sources renouvelables. Une démarche suffisamment originale pour qu’il reçoive dès 2008 le Prix PRÉBAT (Programme de Recherche et d’Expérimentations sur l’Energie dans le Bâtiment), suite à l’appel à projets lancé par l’ADEME et la Région Rhône-Alpes.